Reportages Interac : Sondage sur le transport en commun
Nouvelles

Sondage d’Interac : Comment les Canadiens veulent-ils payer pour leurs trajets en transport en commun?

Le passage à une économie numérique s’est accéléré en 2020. Les consommateurs et les entreprises ont adopté d’emblée les paiements et virements numériques pour assurer la circulation continue de l’argent et le maintien du commerce pendant la pandémie d’envergure mondiale.

Même avant l’avènement du nouveau coronavirus, les fournisseurs de services de transport en commun envisageaient à de nouvelles façons de permettre aux transactions numériques d’autonomiser les passagers et de leur faciliter la vie. Par exemple, les paiements numériques recèlent de nombreux avantages par rapport aux systèmes tarifaires traditionnels, surtout ceux qui reposent toujours sur les jetons, les billets en papier ou les laissez-passer.

En janvier et février 2020, Interac a effectué un sondage en ligne auprès de 2 500 Canadiens de 16 ans ou plus afin d’obtenir leur opinion sur le transport en commun, notamment sur les solutions de paiement numériques modernisées, comme les systèmes de paiements ouverts.

Ces systèmes permettent aux consommateurs de payer pour leur passage à l’aide des cartes émises par leurs institutions financières ou des portefeuilles numériques auxquels ils ont ajouté ces cartes. Pour les réseaux de transport en commun, ces modes de paiement peuvent faire complément à leurs propres méthodes tarifaires ou les remplacer. Pour les passagers, les paiements ouverts visent à simplifier leurs déplacements, puisqu’ils n’ont pas besoin d’acheter de billets ni de laissez-passer.

Maintenant, compte tenu des défis sanitaires que pose la pandémie de la COVID-19, il convient de réfléchir aux façons dont ces méthodes de paiement pourraient favoriser la distanciation physique et limiter la manipulation de billets et de pièces de monnaie dans les autobus, les trains et les autres véhicules de transport en commun.

Les Canadiens souscrivent au principe des paiements ouverts pour le transport en commun — que ce soit parce qu’ils ont déjà constaté leur commodité dans d’autres endroits ou parce qu’ils considèrent leurs avantages comme étant alléchants.

Voici certains des points saillants et des principales conclusions du sondage :La première conclusion importante : une petite majorité de Canadiens portent déjà un regard critique sur le paiement de leurs trajets en transport en commun. En effet, environ un usager sur cinq trouve que le paiement de ces trajets est souvent laborieux.

Ces personnes préféreraient utiliser une méthode différente, et leurs suggestions penchent en faveur de solutions numériques — particulièrement les paiements sans contact ou par carte de crédit.

Il importe aussi de souligner que leur insatisfaction pourrait découler de leurs expériences avec les transports en commun pendant leurs voyages à l’étranger : moins d’un tiers des répondants croient que « le Canada est doté de systèmes de paiement de calibre mondial, comparables à ceux d’autres pays, pour le transport en commun. »Qu’est-ce qui serait plus simple, selon eux? Selon la moitié (50 %) des usagers des transports en commun, les systèmes sans contact amplifieraient considérablement la commodité des paiements. Cinquante-cinq pour cent d’entre eux estiment que ces méthodes réduiraient le temps d’attente pour acheter un billet ou un laissez-passer. De plus, 31 % des répondants considèrent difficile, sur le plan financier, de payer à l’avance pour leur laissez-passer (avec les paiements ouverts, les laissez-passer ne sont pas toujours nécessaires, et des rabais pourraient être calculés et accordés en fonction de l’utilisation réelle des services).Les systèmes de paiements ouverts ne sont pas encore très répandus en Canada. Malgré tout, notre sondage révèle que les navetteurs sont déjà réceptifs à cette idée : un tiers des répondants affirment qu’ils seraient très susceptibles d’utiliser cette méthode, alors qu’un autre tiers se dit assez susceptible de le faire.

Les Canadiens perçoivent déjà certains des avantages potentiels de ces systèmes. Parmi les principales raisons de vouloir mettre les paiements ouverts à l’essai, ils ont cité la facilité d’utilisation, la rapidité et le besoin réduit d’avoir de la monnaie sur eux.

Depuis l’avènement de la pandémie de la COVID-19 au Canada, les consommateurs continuent de privilégier les systèmes de paiement sans contact, selon un sondage effectué en mai par Paiements Canada. Plus de la moitié des répondants utilisent ce mode de paiement plus souvent qu’auparavant.

De plus, 42 % des répondants à ce sondage disent éviter les endroits qui n’acceptent pas les paiements sans contact et 62 % d’entre eux utilisent moins l’argent comptant qu’auparavant.

Les données d’Interac font écho à ces conclusions : depuis mars, nous avons constaté une utilisation accrue de Flash Interac en pourcentage des transactions Débit Interac, la taille moyenne de ces transactions s’étant accrue de 17 pour cent.

Motivés par un besoin sanitaire imprévu, les Canadiens ont accéléré leur adoption des transactions numériques sans contact. Cela pourrait signifier qu’ils sont prêts à payer pour leurs trajets en ville au moyen de nouvelles solutions sans contact.

Ce qui ne fait aucun doute, c’est que les gens sont avides de bousculer le statu quo.

 

Interac a demandé à Navigator Ltd. d’effectuer un sondage en ligne auprès de 2 500 résidents du Canada d’âge adulte entre le 31 janvier et le 7 février 2020. Cet échantillon est représentatif de la population nationale au chapitre de l’âge, du genre, des régions et des niveaux d’éducation.  

Les options de paiement décrites visent à présenter des exemples de l’avenir possible des méthodes de paiement modernisées du transport en commun; elles pourraient ne pas refléter les produits véritablement offerts sur le marché.

Interac, le logo d’Interac et Virement Interac sont des marques déposées d’Interac Corp.

Lire la suite