Plus de la moitié des Canadiens craignent que l'isolement dû à la COVID-19 et l'augmentation du temps passé en ligne rendent les gens plus vulnérables à la fraude - Interac Reports
Communiqué de presse

Plus de la moitié des Canadiens craignent que l’isolement dû à la COVID-19 et l’augmentation du temps passé en ligne rendent les gens plus vulnérables à la fraude

Un sondage Interac montre que malgré l’augmentation des tentatives de fraude, les Canadiens, en particulier les jeunes générations, détectent plus facilement les escroqueries

Toronto, 1er mars 2021 – Depuis l’arrivée de la COVID-19, les Canadiens se sentent plus préoccupés par la fraude. Selon un nouveau sondage d’Interac Corp., plus de la moitié (55 %) des Canadiens craignent que l’isolement accru rende les gens plus vulnérables à la fraude. Cette préoccupation accroît le sentiment d’inquiétude puisque près de six Canadiens sur dix (58 %) déclarent que la pandémie a augmenté leur niveau de stress, les rendant plus vulnérables auprès des fraudeurs.

« Alors que les Canadiens entament la deuxième année de la COVID-19, nous avons examiné les effets de ces pressions sur leurs moyens de défense contre la fraude afin de fournir des conseils pour prévenir les nouvelles escroqueries renforcées par la pandémie », affirme Rachel Jolicoeur, directrice, prévention de la fraude et partenariats au sein d’Interac Corp. « Nous avions prévu que l’isolement, les difficultés financières et le stress liés à la pandémie auraient un impact sur les mécanismes de défense des Canadiens contre la fraude, mais nous avons été surpris de voir que de nombreux groupes se sentent confiants dans la façon dont ils repèrent les escroqueries, malgré l’augmentation de la fraude en ces temps difficiles. »

Fait saillants du sondage :

  • Près de six Canadiens sur dix (57 %) ont remarqué une hausse des tentatives de fraude cette année.
  • En plus de l’isolement, plus de la moitié (52 %) estime que le risque de fraude est plus élevé en raison de l’augmentation du temps consacré aux activités en ligne telles que l’apprentissage virtuel, les opérations bancaires, l’accès aux services gouvernementaux, les achats et la socialisation virtuelle en raison des restrictions liées à la pandémie.
  • Ce temps d’écran supplémentaire expose les générations de technophiles aux répercussions de la fraude. En fait, les adultes de la génération Z (18-24 ans) sont les plus susceptibles de déclarer qu’eux-mêmes, un de leurs proches ou les deux ont été victimes de fraude cette année (52 %), aux côtés des milléniaux (53 %).
  • Il est intéressant de noter qu’en comparaison, seulement 30 % des personnes âgées (65 ans et plus) ont déclaré avoir été victimes de fraude cette année, ou l’un de leurs proches.

« Les gens se sentent particulièrement anxieux, stressés et préoccupés par la COVID-19, car notre sentiment de normalité a été perturbé. Des facteurs de stress et des pressions supplémentaires, notamment la santé, la famille, le travail, l’endettement, l’isolement, la solitude et l’incertitude générale, rendent plus difficile de repérer une tentative de fraude sophistiquée et d’y résister », affirme Dre Christine Purdon, une psychologue de l’Université de Waterloo qui se concentre sur la persistance de l’anxiété et ses indicateurs cognitifs et comportementaux. « Le stress et l’anxiété nous mettent en état de lutte ou de fuite, maximisant ainsi notre potentiel de réaction rapide à une menace. Toutefois, cela peut nous amener à prendre des décisions plus rapidement et avec moins de réflexion; quelque chose que les fraudeurs savent et utilisent. »

Malgré ces inquiétudes, les Canadiens de toutes les générations pensent disposer des informations nécessaires pour détecter une tentative de fraude. La génération Z semble être la plus résiliente dans ses efforts pour combattre la fraude. Bien que cette génération déclare se sentir frustrée, stressée et anxieuse après des expériences de fraude, plus de trois personnes sur quatre (77 %) se sentent désormais plus confiantes dans leur capacité à détecter les escroqueries, et près de six personnes sur dix (59 %) se considèrent plus prudentes en raison de leurs expériences passées.

« La COVID-19 a exercé de nouvelles pressions sur les Canadiens, mais ils demeurent vigilants dans leurs tentatives de combattre ces crimes », a déclaré Mme Jolicoeur. « Plus de la moitié (57 %) déclarent qu’ils souhaitent en savoir plus sur la façon de se protéger. Il s’agit d’une nouvelle encourageante, car les Canadiens constituent la première ligne de défense dans la prévention de la fraude. Chez Interac, nous nous concentrons sur trois conseils pour y parvenir : s’arrêter, examiner et en parler pour éviter les escroqueries. »

S’ARRÊTER: Ne vous sentez pas obligé de passer à l’action si vous recevez une demande d’informations personnelles que vous n’attendiez pas. Prenez l’habitude de vous arrêter et de réfléchir plutôt que de répondre rapidement. Notre sondage a montré que les appels téléphoniques, les courriels et les messages textes demandant des informations personnelles sont les plus fréquents.  La vie des Canadiens étant désormais en grande partie en ligne, en plus du sentiment d’isolement et de vulnérabilité dû à la COVID-19, il est particulièrement important de prendre un moment pour s’arrêter, respirer, réfléchir et suivre son instinct.

EXAMINER : Évaluez la situation et recherchez les signes révélateurs d’une escroquerie. Consultez les ressources disponibles en ligne comme le Centre antifraude du Canada, pour vous tenir au courant des escroqueries et des façons de les repérer.

EN PARLER : Confirmez la validité et signalez toute préoccupation. Reconnaissez que vous n’êtes pas seul. Il existe des ressources qui peuvent vous aider à reconnaître les tentatives de fraude et à y réagir. Si vous soupçonnez une fraude, contactez l’expéditeur par un autre canal de communication pour vérifier qu’il est bien réel. Si vous avez déjà fourni des informations sensibles, contactez immédiatement votre banque ou votre fournisseur de services financiers et signalez le problème au Centre antifraude du Canada.

À propos du sondage

Interac Corp. a chargé Hill+Knowlton Stratégies de mener un sondage national auprès de 2 200 adultes canadiens, sondés en ligne en février 2021. L’échantillon a été tiré au hasard à partir d’un panel de répondants potentiels au sondage (Léger Opinion). Une poststratification visant à ajuster les poids de l’échantillon en fonction des paramètres de population du recensement de 2016 pour assurer la représentation par province du Canada, âge, sexe et grande ville (Grand Vancouver, Calgary/Edmonton, région du Grand Toronto, Montréal) a été complétée. Une marge d’erreur associée pour un échantillon probabiliste de cette taille serait de ± 2,5 %, 19 fois sur 20.

À propos d’Interac Corp.

Interac Corp. permet aux Canadiens d’effectuer des transactions numériques en toute confiance en offrant des services de paiement et d’échange de valeur basés sur la sécurité, la fiabilité et l’efficacité. En tant que chef de file en matière de sécurité numérique et d’authentification avec notre filiale, 2Keys Corporation, la sécurité est au cœur de tout ce que nous faisons. Grâce à notre expertise de classe mondiale en matière de confidentialité, d’atténuation de la fraude et de gouvernance, nous contribuons à assurer la sécurité des clients canadiens 24/7 et 365 jours par année lors de transactions en ligne avec Interac. Avec près de 300 institutions financières connectées à notre réseau, les Canadiens choisissent les produits Interac en moyenne 18 millions de fois par jour pour payer et échanger de l’argent. Interac s’engage à défendre la culture d’entreprise et la citoyenneté d’entreprise en se basant sur les principes de la responsabilité, de la diversité et de l’inclusion. Nous sommes fiers d’être l’une des marques financières les plus importantes et les plus fiables au Canada. Pour plus d’information, visitez salledepresse.interac.ca/.

 

Pour plus d’information

Contact pour les médias : Interac Corp., 416-869-2017, media@interac.ca

Interac est une marque déposée d’Interac Corp.

 

Les conseils et directives indiqués ci-dessus sont fournis à titre informatif uniquement et ne doivent pas être traités ou utilisés comme des conseils ou des opinions juridiques. Les Canadiens devraient vérifier directement avec leur institution financière au sujet de leur processus spécifique sur la façon de signaler les cas de fraude présumée.

Lire la suite